Les axes de recherche du LNP

Les travaux menés dans le LNP sont organisés autour de cinq axes de recherche.

1. Éléments structuraux de la personnalité

Les travaux menés au LNP ont démontré que l’émission des comportements impulsifs auto-dommageables ainsi que le trait impulsif de la personnalité étaient associés à certaines dimensions des relations d’objet (représentations inconscientes de soi et des autres) telles que la qualité affective des représentations et l’investissement morale dans les standards moraux. Ils ont également démontré que l’urgence négative était associée à certaines croyances dysfonctionnelles telles le soi est impuissant, les autres ne sont pas dignes de confiance et que l’on doit s’engager dans des comportements impulsifs pour éviter d’être blessé émotionnellement.

Quels sont les mécanismes psychologiques qui influencent les relations entre ces dimensions structurales de la personnalité et les gestes impulsifs? Certaines de ces dimensions de la personnalité conduisent-elles à faire l’expérience d’émotions plus intenses et difficiles à contrôler? La capacité à intérioriser des valeurs et standards moraux nous permet-elle de maintenir nos actions en fonction de buts à long-terme sans succomber à nos désirs et impulsions immédiates? Certaines croyances erronées rendent-elles un individu plus susceptible de faire appel à des stratégies inadaptées de régulation de l’affect? Ces dernières sont autant de questions qui intéressent le premier axe de recherche du LNP.

Des travaux en cours dans le LNP s’intéressent au rôle que pourraient jouer certaines composantes des fonctions exécutives dans la relation entre certaines dimensions des relations d’objet et les comportements impulsifs. Par exemple, l’une de ces études vise à vérifier si les processus cognitifs impliqués dans la mise à jour de l’information en mémoire de travail agiraient de modérateur dans cette relation. En accord avec cette hypothèse, ces processus permettraient à l’individu de focaliser son attention sur des cibles pertinentes dans un contexte social chargé émotionnellement, ce qui favoriserait le développement et le maintien de représentations de soi et des autres de valence mixte (positive et négative) pour interpréter les événements sociaux. Des représentations de valence mixte favoriseraient des expériences affectives plus complexes et nuancées et du même coup diminueraient le risque de poser des comportements impulsifs.

Références :

Gagnon, J. & Daelman, S. (2011) An empirical study of the psychodynamics of borderline impulsivity: A preliminary report. Psychoanalytic Psychology, 28, 341-362.

Gagnon, J., Daelman, S. & McDuff, P. (2013). Correlations of Impulsivity with Dysfunctional Beliefs Associated with Borderline Personality. North American Journal of Psychology, 15, 165-178.

2. Éléments dynamiques de la personnalité

Les travaux menés au LNP ont permis d’identifier l’existence de distorsions cognitives associées de manière particulière au trait urgence négative de l’impulsivité, suggérant que ces erreurs de logique peuvent perturber les processus de pensée et augmenter les risque d’agir de manière impulsive. En effet, certaines distorsions comme la Pensée à court-terme ou la Confusion entre les désirs et les besoins peuvent diminuer la tolérance envers les délais de gratification et réduire la planification qui tient compte des conséquences de ses actions. D’autres distorsions comme le Raisonnement émotionnel peuvent intensifier les réactions émotionnelles et rendre la réalité perçue comme étant moins tolérable au point où la personne a besoin d’agir impulsivement pour se défaire de ses affects négatifs. D’autres travaux ont démontré que le mécanisme du clivage était associé à la fréquence des comportements impulsifs auto-dommageable et cela au-delà des effets attribuables à des éléments structuraux de la personnalité comme l’identité diffuse. Enfin, des travaux menés au LNP ont démontré que la relation entre l’urgence négative et les comportements auto-dommageables était médiatisée par un biais d’attribution d’intention de l’hostilité.

Ces données suscitent plusieurs nouvelles questions intéressant le deuxième axe de recherche du LNP. Des études sont en cours afin de vérifier l’existence de relations entre les éléments dynamique de la personnalité et certaines composantes des fonctions exécutives sur la fréquence des comportements impulsifs. Selon l’une des hypothèses qui sera vérifiée, les processus cognitifs impliqués dans l’inhibition d’une réponse dominante agiraient de modérateur dans cette relation. En accord avec cette hypothèse, une faiblesse des processus cognitifs à inhiber les contenus négatifs de pensée augmenterait l’influence des éléments dynamiques de la personnalité sur la fréquence des comportements impulsifs et sur l’état d’impulsivité. Par ailleurs, le LNP planifie la réalisation d’études longitudinales et expérimentales dans le but de déterminer les relations causales entre les éléments dynamiques de la personnalité et le trait urgence négative.

Références :

Gagnon, J., Daelman, S., McDuff, P. & Kocka, A. (2013). UPPS dimensions of impulsivity: Relationship with cognitive distortions and childhood maltreatment. Journal of Individual Differences, 34, 48-55.

Gagnon, J., McDuff, P., Daelman, S., & Fournier, S. (2015). Is hostile attributional bias associated with negative urgency and impulsive behaviors? A social-cognitive conceptualization of impulsivity. Personality and Individual Differences, 72, 18-23.

Gagnon, J. & Vintiloiu, A. (en révision). Do splitting and identity diffusion have independent contribution to borderline impulsive behaviors?

3. Neuroscience sociale

Le troisième axe de recherche du LNP s’inscrit dans la neuroscience sociale. La neuroscience sociale est une nouvelle sous-discipline scientifique des neurosciences cognitives qui s’intéresse aux bases cérébrales de la cognition sociale. Parmi les questions qui intéressent la neuroscience sociale, il y a comment nous arrivons à comprendre et nous représenter l’état d’esprit des autres.

Une étude en cours dans le LNP utilise des mesures électroencéphalographiques (EEG) de potentiel relié aux évènements (PRE), plus précisément sa composante N400, pour mesurer de manière directe l’activité cérébrale associée aux processus d’attribution d’intention de l’hostilité tels qu’ils se déroulent en temps réel. Ce projet aura plusieurs retombées théoriques. D’abord, il permettra de vérifier si, durant une tâche de lecture, le participant infère immédiatement l’intention probable du personnage derrière un comportement ambigu après avoir lu un contexte hostile ou non hostile. De plus, ce projet permettra de mieux comprendre les mécanismes cognitifs et les traits de la personnalité associés à l’agressivité impulsive à partir de mesure cérébrale objective.

Référence:

Gagnon, J., Aubin, M., Carrier Emond, F., Derguy, S., Bessette, M., & Jolicoeur, P. (2016). Neural mechanisms underlying attribution of hostile intention in nonaggressive individuals: an ERP study. International Journal of Psychophysiology. doi:http://dx.doi.org/10.1016/j.ijpsycho. 2016.08.007 

Gagnon, J., Aubin, M., Carrier Emond, F., Derguy, S., Fernet Brochu, A., Bessette, M., & Jolicoeur, P. (2016). An ERP study on hostile attribution bias in aggressive and nonaggressive individuals. Aggressive Behavior. doi:10.1002/ab.21676

4. Perspective clinique

Tant les personnes présentant un trouble de la personnalité limite (TPL) que les individus ayant subi un traumatisme cranio-cérébral (TCC) peuvent présenter une impulsivité marquée exprimée par une grande variété de comportements à risque. Ces comportements dits dérégulés réfèrent à des actions qui sont difficiles à contrôler, qui conduisent fréquemment à une altération du fonctionnement pour la personne et qui peuvent entrainer des blessures corporelles et des conséquences négatifs sur le plan social. Il importe de mieux comprendre les mécanismes psychologiques associés à ces comportements si l’on veut prévenir et intervenir de manière efficace pour réduire ces facteurs de risque.

Bien que les personnes avec TPL et celles avec TCC peuvent souffrir de faiblesses des fonctions exécutives pouvant être associées à l’impulsivité, les travaux du LNP ont démontré qu’il existait des différences fondamentales entre ces deux clientèles sur le plan des mécanismes psychologiques associés à l’impulsivité. Il reste donc plusieurs défis à relever pour les chercheurs afin de bien comprendre, évaluer et intervenir de manière adaptée à chaque clientèle.

Un projet en cours au LNP vise à implanter en milieu de réadaptation une courte batterie d’instruments validés en recherche permettant de prédire les comportements impulsifs consécutifs à un TCC. Plus précisément, ce projet vise à faire l’essai clinique de tâches de performance, de questionnaires auto/hétéro-administrés et d’échelles de cotation permettant de prédire de manière spécifique le nombre et le type de comportements impulsifs observés in vivo en situation naturelle de la réadaptation fonctionnelle intensive. Un autre projet en cours vise quant à lui à développer un instrument de dépistage des comportements inappropriés socialement suite à un TCC. Tous ces instruments permettront aux cliniciens d’identifier les clients à risque de produire des comportements impulsifs et de mettre en place des moyens adaptés pour prévenir leur apparition et leurs conséquences négatives.

Plusieurs autres projets en cours s’intéressent aux divers mécanismes psychologiques (éléments de la personnalité, processus cognitifs) associés à l’impulsivité chez les personnes présentant un TPL ou des traits du TPL.

Références :

Gagnon, J. (2005). La psychothérapie psychanalytique à la suite d’un traumatisme craniocérébral : présentation d’un cas clinique. Les publications du CRIR, 2, 47-65.

Gagnon, J. (2015). Déficits neuropsychologiques associés à l’impulsivité dans le trouble de la personnalité limite. Revue québécoise de psychologie, 36, 81-109.

Gagnon, J., Bouchard, M.-A., Rainville, C. (2006). Differential diagnosis between borderline personality disorder and organic personality disorder following traumatic brain injury. The Bulletin of the Menninger Clinic, 70 (1), 1-28.

Gagnon, J., Bouchard, M.-A., Rainville, C., Lecours, S. & St-Amand, J. (2006). Inhibition and object relations in borderline personality traits after traumatic brain injury. Brain Injury, 20, 67-81.

Gagnon, J., Henry, A., Decoste, F.-P., Ouellet, M., McDuff, P. & Daelman, S. (2013). Response to hypothetical social scenarios in individuals with traumatic brain injury who present inappropriate social behaviour: A preliminary report. Behavioral Sciences, 3, 72-98.

Kocka, A. & Gagnon, J. (2014). Definition of impulsivity and related terms following traumatic brain injury: A review of the different concepts and measures used to assess impulsivity, disinhibition and other related concepts. Behavioral Sciences, 4, 352-370.

5. Perspective théorique

Le dernier axe de recherche du LNP vise à développer un modèle intégrateur de l’impulsivité. Le modèle du traitement de l’information sociale sert de base aux travaux du LNP en guidant la recherche sur les processus cognitifs qui deviennent actifs dans une situation sociale donnée et qui augmentent les risques d’émettre un comportement impulsif.

Les travaux du LNP ont permis d’identifier que l’urgence négative était associée à des difficultés cognitives présentes à l’étape d’interprétation des indices sociaux. Il est possible qu’un mauvais traitement de l’information à cette étape puisse intensifier les réponses émotionnelles de l’individu et influencer négativement d’autres étapes telles que la sélection du but et l’évaluation et la décision de la réponse. Le LNP planifie la réalisation d’études visant à vérifier ces hypothèses et à évaluer le traitement de l’information sociale des personnes impulsives.

Références :

Gagnon, J. (en révision). How to integrate the object relations model with the traits model in the understanding of borderline impulsive behaviors: A theoretical contribution.

Gagnon, J. & Bouchard, M.-A. (2008). Towards More Integrated Neuroanatomical Models of Borderline Personality Disorder. In J.C. Hagen & E.I. Jensen (Eds), Personality Disorders: New Research (pp. 207-220). New York: Nova Science Publishers.

Gagnon, J., McDuff, P., Daelman, S., & Fournier, S. (2015). Is hostile attributional bias associated with negative urgency and impulsive behaviors? A social-cognitive conceptualization of impulsivity. Personality and Individual Differences, 72, 18-23.

Méthodes d’investigation

Le LNP fait appel à plusieurs méthodes d’investigation dans ses projets de recherche telles que les tâches cognitives de laboratoire, les enregistrements EEG avec potentiels liés aux événements, les observations du comportement, les entrevues, les tests projectifs et les questionnaires.

Subventions de recherche

Nos projets de recherche sont financés par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH), les Fonds de Recherche du Québec – Société et culture (FRQSC), le Réseau provincial de recherche en adaptation-réadaptation (REPAR), le Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain (CRIR).